Compte rendu du Rendez-vous avec la députée de Saint Nazaire

 

Le 16 janvier 2012, les instances syndicales CFDT, CGT44 et SUD SDIS 44 ont été accueillies par la députée de Saint-Nazaire : Madame Bouille.

 Nous avions rendez-vous à 11H00 afin d’obtenir une oreille et peut être un soutien face à un protocole injuste qui se fait de plus en plus pressant.

 La députée de cette circonscription était accompagnée de son secrétaire ainsi que d’un assistant parlementaire. Très attentifs, ils nous avouent rapidement qu’ils connaissent bien les doléances des sapeurs-pompiers volontaires mais très peu la constante « sapeur pompier professionnel ».

 L’intersyndicale s’est empressée de rétablir la vérité sur les différences et les problèmes qui créent des tensions avec nos collègues volontaires : « temps de travail, repos de sécurité, responsabilités sur intervention, réorganisation de la couverture départementale, mutualisation de certains CIS, rémunérations, etc. » Abasourdie par une telle organisation, et non conforme aux directives européennes, Madame La Députée fût convaincue par le fait que le déploiement de la sécurité civile auprès de la population nécessite une réorganisation profonde dans son fonctionnement et son application sous peine de devenir obsolète et  illégale dans quelques années.

 Voici une entrée en matière, qui nous permis d’aborder le vif du sujet. Attentive et compréhensive face à notre problématique,  nous avons présenté succinctement les grandes lignes du protocole de la dite « dynamique de la sécurité civile » en insistants sur les différents  points risquant d’affaiblir un peu plus notre corporation et son organisation et mettant ainsi à mal l’ossature professionnel des centres d’incendie et de secours :

  L’un des points principalement traités, fut la forme du texte,   « hérésie démocratique » : texte signé par des organisations syndicales non majoritaires au sein d’un bon nombre de SDIS et au Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale* ainsi que par une association, loi 1901, aux adhérents, majoritairement  sapeurs-pompiers volontaires, ne pouvant être concernés par des négociations professionnelles et salariales.
Interpelée par notre exposé, Madame Bouillé nous a fait part de son inquiétude du risque de « passage en force » du décret de mise en application. Procédé habituel et récurent de notre gouvernement actuel, rendant plus compliqué notre demande de retrait du protocole d’accord et de réouverture de véritables négociations.  Seul un changement de gouvernance dans les mois à venir serait garant de l’abrogation de ce protocole pouvant ainsi être renégocié.

L’autre point abordé fut le fond du texte qui vient à oublier la catégorie B, sacrifier la catégorie C et assoir encore une fois de plus, notre belle et honorable monarchique catégorie A ! Face à des représentants de gauche nous ne pouvions qu’obtenir de l’étonnement et une opinion d’injustice.

Convaincu par nos doléances, Madame Bouille nous fait part de sa volonté :

  De prévenir le «groupe socialiste » sur les conséquences de la mise en application de la refonte de la filière nous concernant  afin qu’il mette tout en œuvre pour tenter de stopper le processus de validation de cette dernière lors de sa présentation à l’Assemblée Nationale.

D’interpeller Monsieur GROVALET, acteur et intervenant privilégié au sein de la CNIS**, sur notre problématique, afin qu’il en avise ces représentants.

Et enfin elle nous expose son souhait de soumettre une réflexion globale et une remise à plat du système de sécurité civile français auprès du nouveau gouvernement, si un changement de gouvernance intervient en faveur de son étiquette politique, lors des prochaines élections.

Après une heure de réunion, nous quittons la salle avec une impression d’écoute et de compréhension par notre auditoire. But désiré, atteint par  l’intersyndicale, semble-t-il. Bien sûr nous restons lucides et conscients que l’enjeu des élections interviendra favorablement ou non dans l’aboutissement de nos revendications. En attendant nous attendons une réponse des autres députés des circonscriptions de Loire-Atlantique afin de continuer notre prospection. Le tout complété par des démarches identiques à celle de notre intersyndicale dans les autres départements. «  Celui qui se bat peut perdre. Celui qui ne se bat pas a déjà tout perdu ! »

 

SUDSIS44

 

* Les organisations syndicales de fonctionnaires régulièrement affiliées à une union de syndicats remplissant les conditions définies à l’article 9 bis de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983:

 « Sont regardés comme représentatifs de l’ensemble des personnels soumis aux dispositions de la présente loi les syndicats ou unions de syndicats de fonctionnaires qui :
1° Disposent d’un siège au moins dans chacun des conseils supérieurs de la fonction publique de l’Etat, de la fonction publique territoriale et de la fonction publique hospitalière ;
2° Ou recueillent au moins 10 % de l’ensemble des suffrages exprimés lors des élections organisées pour la désignation des représentants des personnels soumis aux dispositions de la présente loi aux commissions administratives paritaires et au moins 2 % des suffrages exprimés lors de ces mêmes élections dans chaque fonction publique. Cette audience est appréciée à la date du dernier renouvellement de chacun des conseils supérieurs précités.

** La Conférence Nationale des Services d’Incendie et de Secours est consultée sur les projets de loi ou d’actes réglementaires relatifs aux missions, à l’organisation, au fonctionnement ou au financement des services d’incendie et de secours. Elle peut émettre des vœux.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*