De la poudre aux yeux: compte rendu du conseil d’administration

Mon petit doigt m’a dit …

… à la sortie du Conseil d’Administration du 12 octobre 2016

Grand rendez-vous de l’année pour la présentation du projet d’orientation stratégique du SDIS 44. Une vision à 10 ans déclinée en deux phases : période 2016-2021 et période 2021-2026.

Conseil d’Administration oblige, le SDIS présente un joli document couleur d’une trentaine de pages, relié, protégé … très vendeur !

Le SDIS ajoute avec ce pack communication, un film illustrant ce projet d’orientation. Musique dynamique, images chocs, voix off au timbre entrainant, réalisation fondamentale et efficace … le tour est joué, le « client » conquis.

Décryptage

Un dossier présenté comme un document intermédiaire qui n’appelle pas au vote des élus siégeant. Ce dossier, conduit par le DDSIS et quelques élus du CA, est la résultante d’un échange d’idées entre le SDIS, la Préfecture, l’Association des Maires des France (AMF), le Conseil Départemental, Nantes Métropole ainsi que l’UDSP 44.
Représentation démocratique ? … Oups ! Mon petit doigt a dérapé sur le clavier.

Monsieur Le Président insiste sur la différence entre cette orientation stratégique et le SDACR. Il s’agit bien d’orientation, en aucun cas d’obligations. Histoire de ne pas perdre la face quand il faudra reculer devant la grogne des acteurs concernés par ces divers changements ? Mon petit doigt dit ça … mais ne dit rien !

Florilège de questions des élus suite à tout ce déballage communiquant

– Ce projet d’orientation intervient dans un contexte financier compliqué qui n’est pas apparu du jour au lendemain …
– Interrogation sur le temps de travail des personnels au SDIS 44 …
– Un projet pour une mise en œuvre inconnue : où, quand, comment …
– Construction d’un nouveau centre de secours dans le sud-ouest du département validée et soutenue par les élus locaux, sauf qu’il faudra communiquer auprès des personnels SPV concernés …
– Avenir des SPV sur le département …
– Besoin d’une vision financière, d’un objectif, sinon impossibilité de se prononcer sur cette orientation stratégique …
– Maintien de la qualité opérationnelle et de l’égalité de traitement pour tous les contribuables …
– Rayonnement du SDIS 44 pour qu’il soit un SDIS support au niveau régional …
– Quelles solutions sont proposées pour augmenter les recettes du budget à venir …

Réponses plus ou moins complètes de Monsieur le Pdt CASDIS

Un calendrier complet est en cours de création par le DDSIS, avec une communication au plus tard au printemps 2017, lors du CA.

Il s’engage à rencontrer, dans les mois à venir, l’ensemble des personnels (PATS, SPP, SPV) pour présentation de cette orientation stratégique.

La construction du 7ème centre de secours ne se fera pas dans la précipitation, il faut du temps pour tout concevoir, analyser, anticiper.

Il constate que le SDIS 44 ne connaît pas la même crise du volontariat (depuis 10 ans, augmentation des effectifs) que les autres départements, mais veux continuer et renforcer son engagement dans cette dynamique, par le recours à la mixité comme à Nantes-Gouzé et favoriser les jeunes des quartiers urbains, entre-autre.

Concernant le temps de travail des personnels, il rappelle le rapport de la Cours des Comptes publiée ce jour et certifie qu’il dit depuis longtemps aux organisations syndicales qu’il y aura une évolution. Surprenant, alors qu’en juin le discours aux organisations syndicales était tout contraire … s’étonnerait mon petit doigt s’il pouvait intervenir !

Il comprend l’inquiétude financière en cette période d’incertitude. Il rappelle que le coût des secours sur le département – 78 €/ habitant – est dans la fourchette basse de ce qui se fait en France mais que cette somme n’est pour autant pas négligeable pour le contribuable.

Un élu aborde l’avenir bâtimentaire, les besoins mais surtout les priorités d’investissement. A ce titre, il remet en cause la construction onéreuse du futur centre de secours de Paimboeuf et souhaite attirer l’attention sur d’autres projets peu prioritaires.

Là-dessus, un autre élu enchaine sur la situation catastrophique du centre de secours de Pornic. Il souhaite des avancées sur le projet et particulièrement sur l’hébergement actuel, inhabitable en l’état.

Mon petit doigt me dit alors de regarder la réaction du Pdt et de son 1er Vice-Pdt … quelqu’un à jeter du poil à gratter ???

Monsieur le Pdt CASDIS insiste sur la priorité donnée à la construction du nouveau centre de secours de Pornic et se désole que les pompiers sur place aient préféré une manifestation publique de leur mécontentement alors que d’autres solutions auraient pu être trouvées en amont.
Il explique que des garanties ont été données aux sapeurs-pompiers de Pornic et que tout le monde doit y mettre de la bonne volonté.

Mon petit doigt tapote frénétiquement sur le bord du clavier, tentant de me faire écrire que le Pdt s’est lâché en menaces trop peu déguisées sur l’avenir de cette grogne … mais je ne peux céder à officialiser cette annonce explosive !
Pour parapher Monsieur Le Pdt, tout le monde doit y mettre de la bonne volonté … mon petit doigt aussi !

Le reste de la séance fut consacré à un ordre du jour classique :

– Dématérialisation des convocations des membres du CASDIS
– Révision des RO des équipes spécialisées
– Modification des documents de référence de la GPEAC
– Orientations budgétaires 2017 (1,6 millions d’euros pour le bâtimentaire)
– Fixation des contributions incendie des communes et établissements publics de coopération intercommunale (1.132.211 € pour la Communauté de Commune de Pornic)
– Décision modificative n°1-2016 (concerne la section d’investissement avec ventilation des crédits entre chapitre sans accroissement de volume)

Fin officielle du Conseil d’Administration du 12 octobre 2016

Mon petit doigt prend subitement la maitrise du clavier …

Le temps de ranger mes petites affaires, me voilà à échanger avec l’élu inquiet du sort des collègues de Pornic. Lui non plus ne comprend pas les réponses apportées lors de ce CA sur le sujet Pornic. Il en ressort fort déçu.
Il va ensuite échanger avec Monsieur le Directeur et m’invite rapidement à participer à la discussion. Arrivée comme un cheveu sur la soupe … du DDSIS, le bavardage est tout de même courtois et ouvert. Il explique ne pouvoir parler publiquement d’un projet dont il n’est pas le décideur. Il réaffirme la priorité de la construction du centre de secours de Pornic mais préfère attendre que l’investissement soit couché sur le prochain budget primitif avant de communiquer.
Il réaffirme également qu’une solution provisoire en terme d’hébergement va être trouvée et proposée dans un délai raisonnable.
Il regrette le compte-rendu abusif de la visite de l’ACFI sur le centre de secours. Il n’est pas en accord avec cette notion d’insalubrité utilisée pour décrire l’hébergement. Selon mon petit doigt, cela n’engage que lui …

Et puis, vous n’êtes pas obligés de nous croire, Mon Petit Doigt et moi …

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*