La départementalisation c’est quand ils veulent…

Dernièrement des agents du centre de secours de la Baule nous ont remonté un problème de restauration suite à l’organisation d’une fmpa conducteur. En effet le SDIS 44 ne prendrait pas en charge le repas des agents. Ils devront ramener « leurs gamelles » pour cette formation obligatoire. Hors quand on regarde sur le groupement de Nantes, les repas des mêmes formations sont pris en compte par le SDIS 44. Nous ne serions donc pas dans le même département et de retour à une gestion communale. On s’assoie donc sur la départementalisation des années 2000.

Nous avons donc envoyé un courrier au Directeur du SDIS 44 afin d’obtenir une réponse rapide. Bien entendu en cas de non réponse de sa part, le président du conseil d’administration se verra adressé le même courrier. Et bien entendu si lui aussi décide d’ignorer cette demande, les différents médias en feront leurs choux gras…

 

 

 

Monsieur Le Directeur,

Dans le cadre de la formation continue, le Groupement de Saint Nazaire organise différentes sessions sur l’ensemble des domaines techniques sapeurs-pompiers. Une FMPA conducteur COD1 est prochainement programmée pour les sapeurs-pompiers professionnels du centre de secours de La Baule. Vos personnels sont, dans le cadre de cette formation, sous l’égide du temps de travail, c’est-à-dire selon la période du face à face pédagogique et sur le lieu de leur activité salariale habituelle. Aujourd’hui, vos agents perçoivent les chèques repas en compensation de l’absence de restauration collective, et ce durant leur temps de présence.

Selon vos services du Groupement de Saint Nazaire, lors de la prochaine FMPA conducteur COD1, vos personnels devront assurer financièrement leur repas. Interrogés, ils répondent ne pas y avoir réfléchis et devraient aborder la question pour les suivantes. Il me semble important de vous rappeler que dans les autres groupements la restauration est prise en charge. D’où notre étonnement face à cette départementalisation sélective.

C’est pourquoi, Monsieur Le Directeur, je vous prie de bien vouloir revoir cette procédure avec vos services afin que vos agents concernés ne soient pas lésés. Conscient qu’il ne s’agit à nouveau que d’un malentendu, je reste à la disposition de vos services.

Je vous prie d’agréer, Monsieur Le Directeur, l’expression de ma considération distinguée.

Le Secrétaire Général

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*