Les fondements du dialogue social en CAP au SDIS 44 seraient-ils inexistants?

Avait lieu aujourd’hui une énième Commission Administrative Paritaire … paritaire c’est vite dit ! L’égalité de traitement fut, une fois de plus, aux abonnés absents !

Cette habituelle inégalité de traitement entre le commun des personnels et la haute sphère des bons penseurs est devenue, au fil des ans, l’unique idéologie de nos élus.

Ils arrivent en commission, écoutent nos arguments, jugent les résultats de nos travaux sociaux puis votent sagement selon la position avancée par la direction. Et peu importe si le dossier n’est que bêtise et amateurisme, l’élu acte de principe les paroles de la direction. Quelle splendeur de loyauté … ubuesque !

Et quand nous osons poser publiquement la problématique, les intéressés se vexent, s’arcboutent sur leurs positions et oublient de nous saluer en quittant la salle.

Cela fait 4 ans que nous siégeons en CAP … 4 ans que les élus nous écoutent mais ne nous entendent pas.

Cela fait plus de 8 ans que certains élus siègent en CAP mais ne savent toujours pas comment fonctionne le système particulier de notre profession. Exemple à hurler, ce matin, où un élu, après avoir statué sur la prorogation de titularisation d’un jeune SPP, nous interpelle pour connaître la signification de cette situation … que lui répondre qui ne soit indélicat !

Un autre aura jusqu’à l’indécence de nous confier avoir un avis tranché avant même la présentation officielle du dossier. Lobbying de certains officiers très supérieurs …

Fort contradictoire quand ces mêmes élus brandissent si fièrement, depuis les seventies, le poing en avant, une rose de l’espérance … tout en éjectant d’un coup de pied tonitruant le hors-la-loi Dialogue Social.

Triste réalité d’un monde de marionnettistes où nous sommes les spectateurs d’un système attentiste, où vous êtes les coupables tout trouvé de l’histoire du jour.

Quant à la marionnette publique, elle a toujours raison.

Continuer de militer pour un dialogue social honnête, équitable et réellement ouvert vers un avenir professionnel construit … nous semble aujourd’hui bien utopique.

Ne serait-il pas enfin venue l’heure de la résistance ?

Mais vous n’êtes pas obligés de nous croire …

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.