On continue encore et encore, c’est toujours la grève d’accord d’accord…

Le dossier loi travail est toujours d’actualité pour l’état! Les syndicaux nationaux continuent donc le bras de fer en appelant à la grève pour la suppression du dossier.

Il y a donc grève ce mardi 5 avril 2016 avec les manifestations, qui vont avec. Bien entendu on continue notre ligne de conduite du début en vous invitant à faire votre propre choix sur la participation ou non au mouvement.

En attendant voilà le communiqué de solidaire sur cette grève du 5 avril 2016:

 

Tous et toutes en grève, tous et toutes en manifestation le 31 mars

 

Les organisations syndicales de salarié-es, étudiantes et lycéennes opposées au projet gouvernemental ainsi que la coordination des universités en lutte ont décidé d’appeler en commun à une grande journée de grève et manifestation le 31 mars. Elles appellent dans les entreprises privées comme dans le secteur public car les intérêts sont convergents sur le temps de travail, les rémunérations et les suppressions d’emplois.

Cette journée doit faire date, elle doit faire masse pour imposer le retrait de la loi. Nous avons été plus de 500000 dans la rue le 9 mars dans les premières manifestations, nous pouvons être beaucoup plus nombreux et nombreuses et forcer le gouvernement à reculer.

et après jusqu’à la victoire

Des initiatives se préparent :

– Des initiatives d’occupation de la rue sont en discussion à Paris pour la convergence des actions et l’implication de chacun et chacune (#leurfairepeur, #nuitdebout, #nuitrouge).

– Un appel de syndicalistes « on bloque tout » circule pour la généralisation du mouvement à partir du 31.

– Des blocages sont prévus en accompagnement des grèves et manifestations.

– Des assemblées générales sont préparées pour le 1er avril…

– Certains secteurs discutent de la reconduction de leur grève au-delà du 31, comme à la SNCF.

– Des initiatives s’organisent pour empêcher que la négociation Unedic vienne ajouter au désastre en baissant les droits et les indemnités des chômeur-euses en même temps que la loi travail inscrirait la facilitation des licenciements.

– la coordination des facs en lutte a déjà annoncé qu’elle appellera à une nouvelle journée de mobilisation le 5 avril…

– des sections syndicales appartenant à des syndicats  qui n’appellent pas à l’action aujourd’hui, notamment de la CFDT, ont décidé de se joindre aux grèves et manifestations.

Tous ces éléments montrent la détermination qui existe dans les entreprises, les services, les universités et lycées, et plus généralement dans la population contre cette loi travail.

L’addition de chacune de nos actions, de chaque personne dans la grève et dans la rue, de chaque jour de mobilisation doit faire exploser le compteur pour signifier la fin de la loi travail.

Pour nos revendications :

– pour des emplois utiles au lien social et à la transition écologique

– pour les 32 heures, un travail pour tous et toutes et du temps pour vivre hors du travail

– pour un statut pour les salarié-es qui garantisse des droits qu’on ait ou non un emploi

 

Pour le retrait total de la loi travail parce qu’on vaut mieux que ça !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*