Réunion dialogue social: les futurs changements au SDIS 44 ???

Il était une mauvaise fois …

Monsieur Le Président du CASDIS 44 (mais comme c’est trop long à dire, nous le nommerons Le Prez) convie, en ce 4 octobre 2017, l’ensemble des organisations syndicales pour aborder la partie concrète du projet stratégique. Pour mémoire, projet élaboré de main de maître par Monsieur Le Directeur Contrôleur (comme c’est très chiant à dire nous l’appellerons Le Dirlo).

 

A) Constat/Réponse entre les syndicats, la Direction et le Président :

Comme d’hab (oui, nous avions entendu vos remarques et les appliquons depuis), nous nous sommes retrouvés en intersyndicale avec la CGT SDIS 44, CFDT SDIS 44 et FO-SNSPP.

Il ressort de cette orgie intellectuelle un consensus sur les divers points problématiques à aborder. Ci-dessous, une présentation rapide des thèmes abordés et des réponses obtenues … du moins si vous êtes abonnés aux discours de politicien. Nous … non !

  • Effectifs et temps de travail des sapeurs pompiers du SDIS 44 :

Constats :

– accroissement constant de la population depuis 2013, soit environ 15.000 personnes de plus par an

– augmentation moyenne des sollicitations opérationnelles de 15% sur les centres de l’agglomération nantaise et une constance dans l’accroissement pour l’ensemble des CIS du département

– vieillissement des personnels.

– augmentation du nombre de personnel en âge pour prétendre au régime de travail en 12h

– interrogation des SPP en garde postée 24h sur l’inégalité de traitement entre les agents d’un même SDIS

Réponse du Prez :

Celui-ci est conscient que le système d’équivalence du temps de travail soit un jour remis en cause par Bruxelles et/ ou le gouvernement actuel. Cela l’inquiète d’un point de vu financier … n’allez pas croire que la pénibilité et l’absence de bien être au travail soit sa priorité.

Ne pouvant prévoir à court ou moyen terme une telle décision, il souhaite une réflexion sur le passage des gardes en 12h pour l’ensemble du département. Mais, sans se presser, sans trop anticiper la manœuvre. Le surcoût éventuel … un vrai cauchemar !

Notons le courrier de la DGSCGC récemment adressé à l’ensemble des DDSIS, sur le sujet, leur demandant une vraie réflexion.

Nous lui indiquons vouloir être associés à cette réflexion, histoire de lui rappeler les innombrables dossiers où nous fûmes oubliés !

Le Prez nous rétorque que bon nombres de « vieux » SPP sont accrochés à ce système de garde 24h. Nous lui rappelons que ces mêmes pompiers ont pris conscience des contraintes physique du dispositif ainsi que des trop nombreuses heures offertes. Les esprits ont évolués.

Mais rassurez-vous, aucune réponse claire n’a été formulée sur l’avenir des effectifs et du temps de travail.

Le Dirlo nous soutient n’avoir diligenter aucun de ses officiers pour mener réflexion sur les 12h … qui le croit ?

Ce qui est officiellement acté par Le Prez, c’est le lancement d’une étude sur la saisonnalité et la modulation jour/ nuit en matière de sollicitations opérationnelles.

Cela n’aura roulé personne, ce sont bien les prémices d’un passage en 12h !

  • Le management :

Constats :

Conscient de certaines faiblesses, le SDIS 44 a mandaté, par le biais du CNFPT, une étude sur son management.

Un état des lieux a donc été établi par un intervenant externe et un premier bilan déposé sur le bureau du Dirlo. Quid de ce document, pourtant tant attendu.

Réponse du Prez et du Dirlo :

Beaucoup de blabla, de vocable bien pesé, pour nous soutenir que le document est inexploitable en l’état.

Le Dirlo, mécontent du dit bilan ;, car nombres de réflexions ne pouvant trouver, à ses yeux, un moyen d’amélioration concrète ; ne veut pas le communiquer. Il souhaite donc une analyse plus explicite et entame un bras de fer avec le CNFPT.

Pour faire simple : mauvais travail du mandaté par le CNFPT ; prise de bec entre le Dirlo et cette instance ; encore un constat réaliste qui ne verra sans doute jamais le jour …

  • Le secours à personne en Loire-Atlantique :

Constats :

Le nombre de sollicitations pour secours à personne est en net hausse au niveau national mais bien moins pour notre département.

En contrepartie, les interventions dites « sociales » augmentent au détriments des vraies urgences, que l’on retrouve trop souvent à la charge des structures privées (petits camions blancs sérigraphiés urgentistes avec équipage à deux).

Réponse du Prez :

Discours de circonstance.

Mais, au vu de la complexité du dossier et du temps imparti, nous avons décidé de lui remettre le dossier complet. Gageons que notre analyse ne sera pas bien accueillie. La vérité ne fait pas bon ménage dans ce monde de langue de bois !

  • Position de Grosvalet sur la professionnalisation du CTA-CODIS :

Constats :

Le Dirlo nous avait demandé de travailler, en lien avec ses services, sur la future professionnalisation des agents du CTA-CODIS.

Ceci faisant suite aux démarches exclusives sur le sujet, entre le DRH et le patron d’une organisation syndicale.

Malgré notre positionnement contre une telle professionnalisation, nous avions dénoncé cet état de fait et milité pour que l’ensemble des OS y soit associé. Pour autant, nous refusions toute réflexion avant d’avoir l’avis officiel du SDIS 44 sur cette problématique.

Le temps s’est ainsi écoulé sans que le Prez ne donne ses directives, faisant ainsi perdre un temps précieux aux personnels du CTA-CODIS.

Réponse du Prez :

Une réflexion nationale est aujourd’hui en cours sur le regroupement des plateaux téléphoniques. Les articulations proposées sont nombreuses (pompier, gendarmerie, police nationale, centre 15, mutualisation des SDIS selon l’appartenance géographique, etc.).

Le Prez explique qu’il se conformera à la décision finale mais reste confiant sur la place prépondérante que peut prendre l’outil CTA-CODIS actuel au SDIS 44.

Il suivra les recommandations en matière de statuts des personnels et s’il faut des SPP au décroché, il fera en sorte que cela soit efficient. Bizarre, quand dans la situation actuelle, le législateur prévoit déjà que le SPP œuvre à la gestion du 18 … le Prez laisse pourtant depuis des années ses PATS gérer le numéro d’urgence !!!

A la question sur le devenir des personnels PATS actuellement en place, dans cette éventuelle configuration, il indique « dans le cas de figure où l’agent est apte à tenir la fonction d’un SPP, je ne m’y opposerais pas ». Nous y voilà !!!

Avant l’été, Le Prez était contre le système détachement-intégration car fier de compter sur ses SPP issus du concours. Ce jour, il permet le détachement-intégration !

Les portes seront ainsi grandes ouvertes pour tout personnel du SDIS 44 voulant prétendre au statut de SPP sans passer par la filière concours.

Nous vous laissons méditer la chose …

  • Mauvaise implication des élus :

Constats :

L’assiduité n’est, semble t’il, pas l’apanage des élus du SDIS 44.

De nombreux exemples illustrent la situation comme ce conseil de discipline du 22 septembre dernier qui fut annulé au dernier moment, faute d’élus présents. Belle image donnée au magistrat en place.

Absences répétées, oublis, indisponibilités non excusées, la coupe est pleine !!!

Réponse du Prez :

Il nous informe qu’un rappel à l’ordre a été effectué aux élus concernés mais qu’il n’est pas responsable de leur engagement.

Parions qu’ils seront assidus … les trois prochains mois.

  • Le dialogue social au SDIS 44 :

Constats :

Aujourd’hui le dialogue social au SDIS 44, consiste à nous fournir des dossiers bien ficelés, cadenassés, au point que l’échange constructif n’est pas possible.

Le gestionnaire reste le décideur … et na !!!

Réponse du Prez :

Blabla et re-blabla à la sauce politicarde !!!

Petite touche d’humour du Dirlo, rictus aux lèvres, sur notre mauvaise foi. Toujours à se plaindre du dossier trop complet ou du dossier pas assez construit. Insistance sur notre « amateurisme » contrairement à ses services.

Qui a le monopôle de la mauvaise foi ?!

 

B) Le projet Stratégique du SDIS 44 :

Dossier incontournable de début de règne du Dirlo, le voici maintenant décliné en jolie vidéo de propagande. Histoire de bien y croire !

  • Groupement territoriaux :

Passage de 5 à 3 groupements : Nord, Sud et Ouest.

Les chefs de groupements doivent maintenant évaluer leurs différents besoins. Intégration des polarités des centres de secours.

  • Restructuration de chaque groupement :

Nord : Augmentation du secteur d’intervention du CIS Châteaubriand pour une mise en place cohérente des gardes postées (échéance janvier 2018). Création des ComCIS Vay/Le Gavre et St Vincent des landes/Treffieux/Issé, Repositionnement des locaux du groupement.

Sud : Créations des Comcis St Julien de Concelles /Divatte sur Loire/Le Loroux Bottereau et de Paulx /Saint Etienne de Mer Morte.  Adaptation du CIS Rezé à l’augmentation opérationnelle du secteur. Création du 7ème centre mixte de l’agglomération (échéance 2025).

Ouest : Construction d’un nouveau groupement sur le CIS Trignac et vente des anciens locaux de St Nazaire. Construction du CIS de Pornic en partenariat avec les services d’entretien des routes du département (échéance 2020). Réaménagement des locaux du CIS Saint Brévin pour passage en garde postée. Etude du secteur côtier avec le Comcis Piriac/La Turballe.

  • Présentation du plateau technique CFE : (échéance 2022)

Le budget initial de 25 millions d’euros passe à 15 millions. Ceci s’explique par l’acquisition d’un foncier plus réduit ainsi que de l’aménagement des bâtiments du groupement Blain, laissés libres, qui serviront de support administratif.

Regroupement des plateaux techniques de Riallié et Bourgneuf ainsi que du support école, basée actuellement sur le site Rivière à Nantes.

  • Commission des moyens :

Mutualisation, informatique, immobilier, énergie, rationalisation des équipements des centres de secours.

  • Commission ressources Humaines :

Mise en place du bureau volontariat. Renforcement de la mission citoyenneté. Renforcement du service hygiène et sécurité. Mise en place de la mission qualité de vie au travail. Elaboration d’un plan de culture managériale sur 3 ans. Rédaction d’une charte de mobilité. Accompagnement de la mobilité professionnelle dans le cadre d’une GPEAC. Mise à jour des effectifs ( SDACR).

 

C) Conclusion :

Joli vocable pour un dossier bien maitrisé … diront les puristes.

Aucune réponse, aucune avancée, aucune perspective claire … diront les habitués.

Le général a fait le tour estival de ses troupes et … tout va bien !!!

 

 

 

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*