Sommes nous égaux face à la sanction?

Acte I … le document qui accuse !

Il y eu l’affaire de septembre 2011 dans laquelle nos collègues d’Angers se voyaient fichés de manière diffamante par leur hiérarchie,

Il y aura désormais l’affaire Gouzé où 7 sapeurs-pompiers professionnels ont droit de citation dans un mail calomnieux rédigé par leur autorité de groupement.

Ne pas y voir de ressemblance selon les mots de Monsieur Le Directeur !

Nous voudrions réellement le croire … mais la vérité est plus crue !

Ce jour avait lieu, à sa demande, une rencontre entre Monsieur Le Directeur du SDIS 44 et l’ensemble des syndicats. Le sujet de discussion : la méthode employée pour asseoir le dépôt de plainte suite aux « malveillances » perpétrées les 17 mai et 11 juin dernier sur le site de Nantes-Gouzé.

 

Retour en arrière …

17 mai 2014 : dépôt de plainte pour un déménagement dans les règles de l’art de mobilier de bureau et dégonflage partiel de pneus de deux/ trois véhicules légers à destination du Groupement Formation.

11 juin 2014 : additif au dépôt de plainte pour du « blanc de Meudon » effaçable sur un véhicule léger d’intervention ainsi qu’une dédicace « vendu ».

A cette procédure légale – dans laquelle un membre du Bureau SUD fut cité comme éventuel participant à cette vendetta au simple fait qu’il représente le syndicat et était présent la nuit de la « catastrophe » – s’associe un mail inquisiteur émanant du Chef de Groupement de Nantes à destination des policiers enquêteurs sur lequel cet officier s’est exprimé par des annotations personnels.

Quelques exemples° à la volée parleront d’eux-mêmes (anonymat des protagonistes – utilisation de patronymes d’emprunt) :

°Propos à retrouver dans le mail originel. Disponible sur demande auprès de son auteur …

Adc « Plouf » : remonté comme pas possible ; reprend en tout point les préceptes idéologiques du syndicat SUD.

  • Adc « Meetic » : ancien responsable SNSPP.
  • Sgt « Cacahouète » : grande gueule ; participer à ce genre d’action ne doit lui poser aucune difficulté.
  • Cpl « Blagueàdenisot » : affilié CGT ; peut être posé comme virulent.
  • Cch « Paname » : très remonté contre notre hiérarchie.
  • Adc « Otis » : très remonté contre la hiérarchie ; attitude et posture de meneur.

 

 Et nous tairons les allusions à la famille et autres termes plus personnels encore.

SUD a dénoncé cette cabale à l’encontre de ses sapeurs-pompiers professionnels dans un courrier du 03 juillet dernier à destination du Président du CASDIS: « Courrier Pdt CASDIS« .

 

Retour à ce jour …

Monsieur Le Directeur explique que le Chef de Groupement Nantes a agit sous le statut du service commandé puisqu’il a établit une liste de personnels, pouvant apporter des informations aux enquêteurs, sur la demande de Monsieur Le Président.

Néanmoins, il insiste sur le fait que Monsieur Le Président et lui-même n’étaient pas informés du contenu et condamnent les propos personnels et anti-syndicaux couchés sur ce mail. Ils sont pour eux inacceptables.

C’est pourquoi, Monsieur Le Président a demandé le retrait de la plainte.

Monsieur Le Directeur ajoute au passage vouloir faire la lumière sur la manière dont est apparu le mail. Cette action étant à ses yeux, illégale.

Il est  également formel sur l’absence de liste nominative au sein du SDIS 44 et assure que ce n’est pas une méthode utilisée par ses cadres.

Monsieur Le Directeur reconnaît la faute de son officier supérieur mais refuse de poser un jugement administratif. Il continue d’échanger avec sont staff directoire sous l’autorité du Président CASDIS.

Dans son expression « il faut laver son linge sale en famille », nous espérons croire, qu’au même titre que tout agent du SDIS 44, cet officier sera sanctionné à la hauteur de sa faute.

L’administration se doit d’être le garant de l’égalité de traitement pour tous. Une attitude contraire de l’administration entrainerait l’incompréhension légitime des personnels du SDIS 44. Le contexte actuel n’en serait alors que plus explosif.

Nous restons donc très attentifs et vous tiendrons informés des suites donnée à cette affaire.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*