Temps de travail, ça ressemble à un épisode de la refonte

Ils se mêlent de tout …

 

Chacun y va de sa petite info sur le temps de travail : la mort des 24H00, le syndicat machin a trahis la profession, le syndicat bidule est le mieux placé pour défendre le dossier, l’Europe détruit les secours français, etc.

Désinformation, langue de bois, rétention d’information … coup de balai général, juré-craché, SUD SDIS 44 vous dit tout …

Mais que s’est-il donc passé le 27 septembre 2012 pour que le monde des sapeurs pompiers tremble ainsi ?

La demande d’une organisation syndicale – la Fédération Autonome des SPP et PATS (FA) – auprès de l’Union Européenne pour que les dispositions européennes relatives au temps de travail des sapeurs-pompiers français soit respectées. Position de l’Europe, après étude du dossier : la France est en infraction et doit se soumettre à la règle, sous peine de sanctions financières.

Quelle fut l’analyse des services ministériels français ?

Le ministre a plaidé pour l’obtention d’un délai supplémentaire auprès de l’Union Européenne. En filigrane, la nécessité d’une consultation avec les partenaires sociaux pour trouver la meilleure solution. Accord donné pour un délai de 2 ans.

Où en sont alors les échanges sociaux sur cette problématique ?

Dans l’impasse. Aujourd’hui, une seule rencontre officielle – 30 mai 2013 – reportée sans échanges sur ce thème.

Pourquoi un tel tintamarre en cette journée du 30 mai 2013 ?

Les organisations syndicales FA-CGT-CFDT se sont opposées à FO-CFTC.SNSPP- CFE.CGC Avenir Secours sur la légalité de la présence de la Fédération Nationale des Sapeurs Pompiers de France (FNSPF).

Pour les premiers, cette association ne peut prétendre à négocier sur des dispositions statutaires et organisationnelles qui relèvent des organisations syndicales représentatives (loi 2010-751 du 05/07/10 relative à la rénovation du dialogue social) et dénoncent un lobby inacceptable.

Pour les seconds, l’ensemble des participants du monde sapeur pompier doit s’unir solidairement pour défendre la qualité de ce service public.

Oui, mais la disparition des 24H00 ?

Contrairement  aux prédictions des organisations syndicales opposées à la démarche initiale du recours devant l’Union Européenne, le cycle des 24H00 n’est pas remis en cause. Les textes prévoient une durée légale de travail hebdomadaire avec quelques aménagements. Pour les plus courageux, direction les textes européens légiférant le droit du travail, pour une lecture détaillée.

Mais alors, qu’en pense SUD SDIS 44 ?

La réglementation européenne est mise en place pour protéger le statut de tout salarié.

Les négociations sur le temps de travail ne doit incomber qu’aux organisations syndicales.

Les têtes pensantes nationales des syndicats représentatifs doivent s’accorder sur l’illégalité de droit et l’immoralité de la participation de la FNSPF et s’attaquer rapidement au problème du temps de travail avant que le couperet européen ne tombe.

 

Mais encore ?

La DASC est responsable du passage de la réforme de la filière sapeur-pompier professionnelle. En son sein règne la FNSPF, simple association, qui, au titre de percevoir la dime des amicales et autres instances sociales sapeur-pompier, s’est arrogée porte-parole de la cause professionnelle.

Il suffit de lire la foison de communiqués nationaux et locaux pour se rendre compte qu’aujourd’hui, les organisations syndicales pro-filière, se dédouanent des applications faites dans les SDIS de France.

Il suffit de lire le dernier communiqué en date du 30 mai dernier de ces mêmes syndicats, où le sigle de la FNSPF n’apparaît plus, où celle-ci n’est pas citée dans le texte, pour comprendre leur embarras à soutenir un tel partenaire.

 

Madame la FNSPF occupez-vous de la gestion des sapeurs-pompiers volontaires … mais sans vouloir asseoir votre « lobbying » qui contribue à creuser ce fossé imaginaire entre SPP et SPV …

 

Madame la FNSPF occupez-vous de promouvoir l’action des sapeurs-pompiers aux quatre coins de l’hexagone. A ce titre, nous pouvons vous offrir une mascotte passée de mode qui en son temps coûta fort chère aux contribuables  …

 

Madame la FNSPF laissez aux organisations syndicales, seules aptes à gérer les personnels professionnels, les problématiques européennes, nationales et locales.

 

Mais, vous n’êtes pas obligés de nous croire …

 

 

 

Adressez-nous remarques, positions, interrogations, anecdotes …

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*