Première réunion addiction à l’alcool au SDIS 44

Nous avions le désir de communiquer sur certaines de nos dernières réunions afin que vous sachiez et preniez conscience de ce qui se trame au SDIS 44 avant qu’une décision soit prise par le biais du dialogue sociale ou du 49.3 des commissions paritaires (plus souvent utilisé). Voilà donc un compte rendu sur un sujet chaud, bonne lecture…

 

Compte rendu réunion addiction à l’alcool au SDIS 44:

Autour du tonneau des discussions nombres de participants qui, à la demande du commandant JAULIN, boss du dossier addiction et comportements à risque, se présentent à tour de rôle.

 

Le DDA, grand tenancier du dossier, nous fait quant à lui, une présentation générale de la démarche (historique, cahier des charges, etc.).

 

A la carte des crus, deux objectifs :

  • Rendre, avant l’été, des propositions relatives à la consommation d’alcool,
  • Rendre, pour novembre 2017, des propositions relatives à la consommation des substances prohibées ainsi que médicamenteuses.

 

Un état des lieux est présenté, par le médecin de prévention. Rappel sur le plan de prévention proposé ces dernières années au sein du SDIS (début 2014 – fin 2016).

Le constat est positif, encourageant, a largement démontré son utilité, selon notre corps médical préventionniste.

Scepticisme de notre côté … tous les personnels n’ayant pas été approché par cette campagne de prévention, qui aura tout de même couté la bagatelle de 140.000 €.

 

Notons des échanges fournis des participants … euh pardon … nous devrions plutôt dire le monopole verbal du médecin de prévention. Pas certain que cela est réellement servi à la construction d’une vraie trame de travail.

 

Avec subtilité, le boss du dossier addiction et comportements à risque, arrive à recadrer les échanges.

 

Il propose un axe de travail intéressant :

 

  • Compiler les textes légiférant pour en faire la base de toute réflexion,
  • Réécrire le règlement intérieur dans sa partie relative à la consommation de substances (alcool, stupéfiants, médicaments),
  • Proposer une approche macro des futures propositions,
  • Création d’un logigramme décisionnel,
  • Proposer des moyens de prévention,
  • Proposer des méthodes de contrôle.

 

Il s’engage à nous fournir l’ensemble des textes et autres jurisprudences avant la prochaine réunion, afin que chacun puisse réfléchir, en amont, aux sujets.

 

… mais l’auto-dérision n’est pas communicative !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*