Suite d’agressions sur les sapeurs pompiers

Suite aux d’agressions successives dans notre profession, le syndicat sud sdis nationale a fait parvenir le courrier qui suit à notre premier ministre. Les agressions ne cessent d’augmenter même en Loire-Atlantique, il est temps de réagir. On se rappellera des collègues de Nantes qui ont tenu en joue par un forcené.

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Intérieur:

Vous n’êtes pas sans savoir que les agressions sur les pompiers ont augmentées de près de 5 % entre 2010 et 2011, et de 35 % de 2007 à 2011, d’après le Rapport 2012 de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Que nous réserve le rapport 2013 à paraître en novembre ?
Sans nul doute, il faudra faire avec une nouvelle et malheureuse augmentation de ces agressions contre les agents des services publics ou militaires chargés au quotidien porter secours et assistance à l’ensemble de la population, et pas que l’été. Le président du groupe PS à l’assemblée, Bruno le Roux, a récemment réagit à l’agression de pompiers à Toulouse en demandant que « les habitants des quartiers concernés « se mobilisent » contre des comportements « lâches et imbéciles » ».
Face au « comportement exemplaire, glorieux même » des pompiers, il réclame une « mobilisation positive de la population ». Il termine par rappeler que « Les pompiers, eux, sont toujours là ».
Cet homme devrait être notre porte parole. S’il va au bout de ses pensées, nous pourrions même envisager d’épingler sa photo dans nos mess. Mais il faudrait pour cela plus que la mobilisation de la population. Nous réclamons depuis de nombreuses années une reconnaissance de notre métier comme dangereux. A part des déclarations, nous n’avons rien eu d’autre. Nous réclamons depuis la réforme de 2012, l’application de la clause de revoyure. A part des déclarations, nous n’avons rien eu d’autre.
Les caillassages et agressions ne surviennent pas que dans les quartiers sensibles, et si la reconnaissance de la population pour notre métier n’a jamais faiblit au cours des dernières décennies, la destruction de notre profession par les gouvernements successifs est bel et bien en marche.
Monsieur le Ministre, « premier sapeur pompier de France », nous serions honorés de vous rencontrer dès la rentrée afin d’évoquer notre avenir. Nous pourrions évoquer la NBI 2006-780 dont bénéficient par exemple les sages femmes, gardiens de piscine, policiers municipaux et bibliothécaires oeuvrant dans les Zones Urbaines Sensibles, mais pas les sapeurs pompiers. Depuis 2012, nos demandes d’entrevues sont restées vaines, qu’en sera t’il de celle ci ?
Dans l’attente, nous vous souhaitons une bonne fin de « pause studieuse » et nous vous prions de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de nos respectueuses salutations.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*