CR Commission Technique EPI du 12/09/2019

Vos représentants : Carl MALLET, Christopher BELLEGO.

Ordre du jour : 

  • Entretien des EPI
  • Plan d’équipement

1/ Entretien des EPI

La logistique nous conforte dans sa volonté d’améliorer le service et l’entretien qualitatif des tenues. Pour cela le marché avec Paul BOYE n’est pas renouvelé (arrêt fin Septembre). En effet, délais très longs pour la prestation qui s’explique par un circuit long (CIS, Groupement, Log, Usine, Réparation, Log, Groupement, CIS) et une localisation de la société sur Toulouse… Ce qui engendre un coût énorme pour un pourcentage de tenues de feu nettoyées faible (à peine 40% du parc). Nous sommes donc loin d’une prestation qualitative.

Début Octobre nouveau prestataire : ESAT-EA44 Etablissements et Services d’Aides par le Travail – Entreprises Adaptées de St Sébastien Sur Loire ou Thouaré propose sous 15jours max (sans réparation) le retour des EPI. Les deux usines étant en collaboration, si l’une est surmenée (ou problème technique/contamination…), l’autre peut soulager afin de répondre aux exigences de délais.

La partie réparation n’étant plus traitée par Paul BOYE, le SDIS est actuellement à la recherche une entreprise compétente. Pour le moment, ils estiment avoir assez de stock pour remplacer des tenues détériorées.

A savoir que le SDIS avait aussi étudié la possibilité d’être autonome en termes de lavage des tenues, mais outre un prix conséquent des machines (blanchisseur est un métier) le service retrouvait trop de contraintes pour les SP (Formation, Service dans les CIS, SAV des machines, Fournisseurs de produit, Critères pour être aux normes, Toxicité des fumées…) Faire faire par un prestataire reste donc une solution qualitative, moins couteuse et surtout moins contraignante pour les SP. 

2/ Plan d’équipement 

Les lots « déconta » avec leurs FTO (Fiche Technique Opérationnelle), arrivent pour fin Septembre. 

En parallèle le CIS Rezé a été désigné comme structure test pour la mise en application du GODR sur la toxicité des fumées. Ils testent donc actuellement les armoires séchantes, bac à ultrasons… A savoir que si les retours sont positifs, il y aura une répartition de ces mêmes matériels sur les grosses structures.

Passage des tenues de feu en semi partagé (vous la gardez avec vous jusqu’à votre prochain feu (elle ne sera plus à votre nom) puis « poubelle » vous en prenez une à votre taille, vérifiée, propre au sein du stock de votre structure. Le GODR toxicité des fumées et/ou la Log fera une FTO afin de déterminer le degré de salissure de la tenue qui engendrera plusieurs possibilités de nettoyages (brossage rinçage à l’eau puis séchage ou changement de tenue).

Renouvellement du parc de tenue de feu et diminution de celui-ci grâce au passage en semi partagé. Achat de 1000 tenues SIOEN pour 2019 (qui n’était pas prévu dans l’enveloppe budgétaire 2019). La Log vient de faire 2ans de renouvellement en 1an pour motif : un parc vieillissant entre 8 et 13ans ! Acceptation de l’administration pour un budget de fonctionnement des tenues de feu avec une enveloppe non compressible de 300 000€ par an à l’instar du fonctionnement pour les véhicules. Le but étant d’éviter d’avoir des EPI vieillissants (durée de vie moyenne d’une tenue de feu estimée à 10ans environ, suite aux tests réalisés par le SDIS. A savoir que pour apprécier la résistance d’une tenue il faut la détruire, le SDIS a fait le choix de tester plusieurs échantillons : CIS SPP, Mixte et SPV résultat = 10ans maximum)

Pour chaque structure il faudra compter 30% de tenue de réserve par rapport au nombre d’agent.

Pour les plateaux techniques, passage des tenues de feu, gants, casques et cagoule en collectif. Ainsi, les stagiaires ne détériorent plus leur dotation initiale. De plus, il y aura une vérification tous les 6 mois des EPI par la Log, en complément de la vérification visuelle des moniteurs/formateurs/stagiaires. Nous ajoutons que l’état des couvres casques est pour beaucoup vétustes, que nous n’avons ni signes ni témoins visuels pour les changer. Nous soumettons l’idée d’un poncho comme certains départements, à étudier…

La Log relève un problème de longévité que ça soit pour les polos manches longues ET COURTES. Livraison en trois fois début Octobre de 200 000€ de commande. Les polos défaillants doivent être considérés comme du « consommable » car si après plusieurs lavages ils changent d’aspect, appliquer la procédure d’échange après usure constatée par votre référent habillement. Pour rappel, il s’agit d’EPI donc le SDIS a pour obligation de vous le changer.

Gants de manutention : dossier remis à plus tard car pas de budget (utilisation préférée pour le moment sur le renouvellement des tenues de feu). Pour rappel, nous avions demandé d’avoir autre chose qu’une vulgaire paire de gants de jardinage/manutention mais d’avoir des gants performants type secours routier pour protéger les mains des SP pour toutes autres missions que l’INC (anti-coupure, anti-écrasement, anti-abrasion…), le passif d’accident parlant de lui-même (Halligan Tool, écarteur, cassage de fenêtre…)

Effets chaussants : étude et présentation d’un dossier au DMO, le projet serait :

  • Suppression des bottes de feu par des bottes en caoutchouc plus légères type « pompiers américains » normalisées (une société européenne vient de racheter un fabricant de bottes de feu américaines et s’ils arrivent à les faire normaliser, elles devraient être plus faciles que du cuir à décontaminer et moins couteuses. En conservant, bien entendu, ses propriétés d’EPI de troisième catégorie)
  • Suppression des Bottes Multi-Usages classe C (incendie) pour du classe A (SUAP et DIV exclusivement). Méfiance toutefois pour le FDF…
  • Étude d’un chaussant dit « casernement » car le SDIS ne veut pas autoriser les chaussures de sport extérieur en caserne sous prétexte qu’aucun fabricant n’est capable de conserver de manière certaine un coloris unique (noir). En effet, les coloris varient en fonction des modes et des fabricants. Le marché pompier n’étant qu’une goutte d’eau dans leur business. 

La Logistique s’est dotée de deux systèmes révolutionnaires qui sont : 

  • Pour l’un en test au CIS Carquefou : Système de communication pour conducteur.
  • Pour l’autre une innovation de chez MSA tout juste dévoilée lors du Congrès National des Sapeurs-Pompiers de France, le C1 : Système de communication pour équipier et chef d’équipe qui vient se fixer sur le masque et se relier en prise jack sur notre déporté habituel. Celui-ci permet d’avoir un haut-parleur à côté de l’oreille et un émetteur qui supprime les bruits parasites situé dans notre demi masque. Performance au rendez-vous.

La Logistique étudie aussi le système de full duplex (communication instantanée, sans utilisation de push to talk).

Nous soumettons l’idée qu’outre la communication un casque type MSA Sordin, au même titre que pour les tueries de masse, permettrait au conducteur de recevoir et d’émettre tout en ayant une protection auditive intégrée. Le seul inconvénient, mais à vérifier serait la compatibilité du casque F1SP (ancienne génération).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUD SDIS 44

GRATUIT
VOIR