L’art de botter en touche

Ce mardi 21 mai avait lieu un CT et ce malgré l’absence remarquée, due à un refus d’obstacle, du grand chef (une crampe au mollet selon les rumeurs). Restait donc 3 petits sudistes pour défendre nos intérêts. (Justine, Jean Marie et Cyril). 

Au programme du jour :

  • révision de la charte du droit syndical et du dialogue social
  • Frais de déplacements ( nouveau dispositif )
  • Mise à jour des critères d’avancement (adj, Lnt1*, Lnt2*)
  • Modifs et créations de postes
  • Évolution du compte rendu d’entretien professionnel (crep)
  • IP sur l’utilisation des véhicules 
  • Les questions des syndicats (la baule-Guerande, l’arrêt matzak, ticket restaurant, etc…)
  • révision de la charte du droit syndical et du dialogue social 

Cela avait été vu lors de réunions de concertation. Pas de grands changements. 

  • frais de déplacements (nouveau dispositif)

Réajustement des frais de prises en charges des frais kilométriques, des frais de restaurations et d’hébergements. Le SDIS s’est calé sur un décret national datant du 26 février 2019. Les objectifs étant de s’adapter aux évolutions réglementaires, permettre une meilleure prise en charge financière des déplacements d’agents, simplifier les modalités de gestion, de traitement et de liquidation des frais de déplacements et d’améliorer le délai de remboursement. 

Pas d’objection de notre part, car cela va dans le sens de l’agent. 

  • mise à jour des critères d’avancement (adj, Lnt2*, Lnt1*)

Après des alertes nombreuses et répétées de notre part sur le besoin de former des CA2 SPP, la direction commence à arriver aux mêmes conclusions que nous. Les besoins se font sentir et la direction veut nommer une poignée de CA2. Refonte de la filière oblige, le concours d’adjudant n’existe pas et tous ce qui peut s’apparenter à des tests, des entretiens ou autres sélections sont proscrits. Seul l’avancement “au choix” est autorisé avec comme grand principe de départage, l’entretien professionnel et l’ancienneté…… Quand on voit comment sont fait les entretiens pro où tout le monde est toujours très bon, et le principe d’ancienneté qui n’a jamais été gage de qualité, le choix s’annonce compliqué. 

Étant donné qu’on arrive à la fin des mesures transitoires et donc au début des mesures pérennes, Il faut donc revoir le compte rendu d’entretien professionnel (crep) pour pouvoir y ajouter des critères pour l’avancement des sspno (assiduité, motivation, etc…) qui devront être définis au cours de l’année pour apparaître sur la prochaine campagne d’entretien professionnel pour une nomination en 2020. Ces critères seront pris en compte pour la présentation ou non de l’agent au tableau de la liste des promouvables. Il sera demandé ensuite un avis hiérarchique motivé sur la capacité de l’agent à occuper un poste dans le grade supérieur, en cohérence avec le crep et au vu du numéro d’ordre dans le classement proposé. L’ancienneté dans le grade, dans la profession, et le classement de l’échelon arrivent ensuite. Suite à cela, comme pour les derniers CA1, l’agent devra choisir un poste dans la liste, si il refuse, le suivant au classement pourra à son tour se positionner, etc… Le tableau d’avancement est élaboré à l’issue de la CAP. Il exclut les agents ayant refusé leur affectation. 

Pour la promotion au grade de Lnt 2*, il est proposé de s’inspirer des critères appliqués aux pats

Pour l’avancement au grade de lnt 1*, il est proposé de reprendre les mêmes critères que ceux applicables pendant les mesures transitoires 

Pour rappel, pour les lieutenants, le biais principal pour l’accès au grade reste le concours. 

  • modifs et créations de postes

Réorganisation au sein de la direction et du groupement ressources administratives et juridiques en restant à poste constant et sans impact sur le tableau des effectifs.

Évolution de l’organisation de la direction du SSSM

2 postes de médecin SPP ne sont pas pourvus faute de candidats (la médecine du travail n’attire pas grand monde et ça peut se comprendre. Poste trop loin de la médecine d’urgence comme on pourrait le penser pour un poste chez le pompiers)

Le projet de service de la direction du SSSM validé par la direction prévoit un septième poste d’infirmier SPP (??? On attend des explications) et là, la carotte est tellement bonne comparativement au milieu clinique ou hospitalier (pour preuve, aucun turnover en 15 ans) que les candidats ne manqueront pas…

Pour ce faire, la direction supprime un emploi budgétaire de médecin pour en créer un d’infirmier…

Il y a ensuite des réorganisations au sein de gpt logistique tout en restant à poste constant. Idem au sein du groupement des solutions numériques.

  • évolution du compte rendu d’entretien professionnel (crep) pour les SPP de cat C et les pats

Suite aux remontées des difficultés et améliorations liées au crep, une mise à jour est effectuée pour principalement les agents en CIS où le crep n’est pas adapté à toutes les situations professionnelles et qu’il n’intègre pas les dernières dispositions réglementaires. Le crep sera encore à modifier pour y intégrer les critères d’avancement. 

  • IP sur l’utilisation et affectation des vl 

Mise à jour de la liste des emplois pouvant bénéficier d’une vl. Autant vous dire que de savoir que le chef de cellule truc ou le responsable de machin n’a plus sa petite voiture rouge pour rentrer chez lui est bien loin de nos préoccupations premières. 

  • Questions des syndicats 

– Avenir des cis Pornichet et la Baule-Guerande?

La direction botte en touche et veut nous faire croire que le nouveau chef du CIS la baule-guerande a toutes les cartes en main pour rendre un verdict…

  • Besoin en CA2 SPP ?

Les manques se font ressentir un peu partout, même en ce qui concerne les CA1 sur l’est du département. Des rencontres sont à prévoir avec la rh avant l’été pour échanger sur ce sujet.

  • quel est l’avenir pour les doubles statuts SPP/SPV dans le cadre de l’arrêt de la cour européenne Matzak?

Les bruits courent qu’un décret national va très vite voir le jour portant sur l’arrêt Matzak. On risque d’être rapidement fixé. 

  • augmentation du titre restaurant?

Le président nous fait comprendre que la rh à déjà plein de dossiers en cours, mais ne ferme pas totalement la porte en nous disant qu’il faut sortir la calculette.

  • qu’en est il sur la réflexion du devenir des spécialités? Leurs durées annuelles de formation, etc…?

Le CEM affirme que la volonté n’est pas de scalper les temps de formations. Pour la plupart des spécialités, les temps de formations sont supérieurs aux préconisations nationales.

Voilà ce qu’on pouvait principalement sortir de ce CT, mais vous n’êtes pas obligés de nous croire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUD SDIS 44

GRATUIT
VOIR